Lettres et Arts Histoire Littéraire Moyen-Âge et 16ème siècle Histoire Littéraire 17 et 18èmes siècles Histoire Littéraire 19 à 21èmes siècles Littératures étrangères et francophones Maurice Rollinat Arts Techniques Anthologie Mythologie

Le baroque


L'origine du baroque :

Etymologie et emploi courant du mot :

"Baroque" est un terme de joaillerie qui signifie en portugais (barroco) "perle de forme irrégulière". Le mot est dérivé du latin "verruca" qui peut prendre le sens de "éminence", "verrue", "défaut", ou encore "tâche".

Dans le Dictionnaire universel du Furetière, on trouve la définition suivante (en 1690) :

terme de joaillier, qui ne se dit que des perles qui ne sont pas parfaitement rondes.

Cette définition, ainsi que le retour à l'étymologie nous indique bien la négation et la restriction. Le baroque a une valeur négative, comme en témoigne les préfixes tel "ir" dans "irrégulier".

Le baroque naît dans une période tumultueuse de rupture

Les guerres de Religion, qui sont des guerres civiles entre 1560 et 1598. La population est confrontée à la mort et à l'horreur. En effet, les guerres de religion opposent catholiques et protestants. Ce schisme est notamment concrétisé par le massacre de la Saint Barthélémy (en 1572), qui marque le début des hostilités qui ne prendront fin qu'en 1598, lorsque Henri IV mettra en place l'Edit de Nantes, qui accorde aux protestants la liberté de culte. Dans un tel contexte, l'omniprésence de la mort et le déchirement des Français entre eux créent un climat d'inquiétude dans lequel va se développer la sensibilité baroque. Issu de la crise religieuse du XVIème siècle, du déchaînement de violence des guerres civiles, le baroque est une réponse multiforme à l'angoisse de cette période.

De plus, de nouveaux horizons s'ouvrent

Au niveau géographique, de nouvelles populations en Amérique centrale et du sud sont découvertes : on découvre que l'Europe n'est pas le centre de la terre.

Au niveau scientifique, la révolution copernicienne a des résonances philosophiques : l'héliocentrisme remplace le géocentrisme de Ptolémée, d'où la thèse de la pluralité des mondes (que l'on retrouve dans Voyage dans la Lune de Cyrano de Bergerac en 1662). Umberto Eco rappelle dans L'oeuvre ouverte, que :

le baroque s'est développé à partir de la nouvelle vision du cosmos introduit par la Révolution copernicienne.

Ainsi, se développent une mentalité et une sensibilité nouvelles

Le temps n'est plus perçu de façon linéaire mais selon une conception cyclique, avec le mythe de l'éternel retour. C'est le motif de la bulle, le nuage qui signifie la fragilité de l'instant et de la vie (thème que l'on retrouve bien plus tard chez les romantiques). Le monde est compris comme un perpetuum mobile par la philosophie sceptique. La représentation de la mort change aussi : on passe de l'idéalisation de la Renaissance à une représentation horrible de la mort : (voir plus bas).

L'homme baroque a aussi changé : il réside dans le paraître mais en arrière plan de la démesure et de l'ostentation, le plan tragique demeure.

Histoire littéraire et artistique

Le baroque est à la base une notion artistique, appliquée aux arts plastiques qui fut transposée ensuite à la littérature, d'où certains obstacles : cette transposition a été contestée.

Quand ? entre 1580 et 1660 (la fin de la période baroque peut être marquée par le début du règne personnel de Louis XIV, qui marque l'entrée dans une phase de l'art plus rigoureuse)

Où ? entre le nord protestant et le sud musulman, mais en France, le baroque est moins actif.

L'apogée du baroque reste Rome, 1630 : c'est d'ailleurs le titre d'un ouvrage d'Yves Bonnefoy consacré justement au baroque.

Au départ, cet art s'appelle "l'art italien", et il est considéré comme une dégénérescence de l'art classique. Ce n'est que la critique allemande du XIXe siècle qui va commencer à l'appeler baroque et au XXe, les travaux de H. Wölfflin (Principes fondamentaux de l'histoire de l'art, renaissance et baroque) vont permettre de créer des catégories et d'y voir plus clair sur cette notion. Plus tard, c'est Jean Rousset qui va complètement réhabiliter la période baroque grâce à des travaux que nous évoquerons plus tard.

Quelles sont les manifestations du baroque en littérature ?

On peut évoquer le baroque par quelques mots clés :

Pour aller plus loin...

Il existe des différences de chronologie selon l'aire géographique :

Décalage aussi entre le baroque artistique, qui s'étale de 1600 au XVIIIe siècle, et le baroque littéraire, qui lui, a une durée plus réduite de 1570 à 1660. Les influences baroques en littérature sont moins importantes que les résurgences qu'on voit apparaître en art pictural ou musical plusieurs siècles après l'apogée de 1630. Reste que l'on est en droit de considérer qu'il existe un lien dans l'histoire de la littérature entre le baroque et le romantisme, au XIXe siècle, voire avec le surréalisme, au début du XXe : la caractéristique commune est l'interrogation métaphysique sur le moi et son devenir.

Selon Jean Rousset, il faut lutter contre une tendance qui vise à opposer baroque et classicisme comme deux antithèses. En effet, on oppose souvent l'aspect cosmique et le chaos baroque, à la mesure, la raison, et la règle classique. Si cette opposition est facile pour comprendre dans un premier temps ces deux mouvements, on ne saurait ensuite s'en tenir là. Voilà ce qu'en dit Francis Ponge :

Le classicisme est la corde la plus tendue du baroque.

Ou encore ce que Jean Rousset nous rappelle :

le classicisme n'est pas que respect des fameuses règles d'unité, mais est aussi "passion, violence, libre création, dédain des règles".

En effet, on trouve des aspects baroques chez des auteurs habituellement associés au classicisme :

Le baroque nous permet de relier Renaissance et Classicisme mais il coexiste avec le classicisme.

Il nous faut aussi évoquer la phase de recul qu'a connu le baroque en tant qu'objet d'étude : en effet, le baroque est entré dans l'ère du soupçon, après les travaux de Jean Rousset. Le concept s'est usé car ce qui reçoit trop de sens court le risque de n'en avoir plus aucun (Jean Rousset). Le problème semble aussi trouver son origine dans le fait que l'on projette dans le passé une vision moderne : le XXe siècle se serait créer un XVIIe à son image. Le baroque est une création de notre temps lié aux aspirations de notre littérature.

Pour synthétiser, citons Gérard Genette qui explique :

la pensée moderne s'est peut-être inventé le baroque comme on s'offre un miroir.

Ainsi, Eugène D'Ors explique dans Du baroque en 1925 que le baroque est avant tout une constante de culture. Bien plus qu'une période artistique, c'est un état d'esprit, qui perdure et qui n'est pas borné chronologiquement. S'il n'oublie pas l'élément historique avec les dates 1590-1660, il pense que le baroque est une constante qui répond à la nostalgie de la vie sauvage, (que l'on retrouve de façon très marquée dans la période romantique) qu'il est la voix de l'inconscient qui proteste contre la conscience, qu'il est le barbare sous la culture. Ainsi considéré, le baroque prend une acception beaucoup plus large et devient intéressant sur le plan anthropologique.

Après le baroque...?

Pour ouvrir les perspectives, rappelons seulement que suite au baroque et à la représentation d'un homme bouleversé, inconstant... naît le néo-stoïcisme, en réaction au mobilisme. Il prône la constance afin de maîtriser les évènements et les passions dues au bouleversement du destin. Il s'agit d'être maître de soi par une austère sagesse et pour se protéger de la mobilité du monde extérieur.

Bibliographie

Nous contacter : elodie.gaden@lettres-et-arts.net.